L’insecte du mois : l’Anthophore plumeuse

Anthophore plumeuse
Anthophore plumeuse

Les pollinisateurs sauvages de la zone transfrontalière France-Wallonie-Vlaanderen représentent une ressource précieuse mais fortement menacée.

L’enjeu est grand, car les pollinisateurs sauvages, c’est-à-dire les abeilles sauvages, les syrphes et les papillons, sont essentiels au maintien de l’agriculture et des écosystèmes dans nos régions.

Pour vous faire découvrir la diversité des pollinisateurs de notre région, le projet SAPOLL « Sauvons nos pollinisateurs » (avec le soutien du Fonds Européen de Développement Régional INTERREG), vous propose chaque mois une fiche descriptive vous permettant d’identifier une espèce

Qui suis-je ?
L’Anthophore plumeuse est une abeille robuste et poilue, son allure amenant souvent à la confondre avec les bourdons. Mais contrairement aux bourdons, cette espèce est solitaire. La femelle creuse son nid dans les talus de terre ou dans les joints des murs en pierre sèche. Elle y réalise des galeries verticales, au bout desquelles se trouvent plusieurs cellules individuelles qui accueillent sa progéniture.

Quand m’observer ?
L’Anthophore plumeuse est une espèce printanière que l’on peut observer dès les premiers beaux jours car elle passe l’hiver sous forme d’adulte. Elle butine dans les jardins les fleurs à longue corolle jusqu’en juin.

Le saviez-vous ?
Le mâle de l’Anthophore plumeuse a des pattes avant allongées et couvertes de longues soies, ce qui a donné à l’espèce le nom de « plumeuse ».
Ces soies joueraient le rôle de signal visuel durant la reproduction. En effet, lors de l’accouplement, le mâle tapote ses pattes plumeuses sur la tête et les antennes de la femelle en une mystérieuse chorégraphie dont la fonction précise est encore inconnue.

L’insecte du mois de février : l’Anthophore plumeuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *