Lancement d’un indicateur d’évaluation des potentialités biologiques des mares à travers l’étude des coléoptères aquatiques : l’IcoCAM

Mare prospectée dans le cadre de l’étude IcoCAM © B. Hubert

L’évaluation de l’intérêt écologique des mares et de leur état de conservation sont des problématiques récurrentes auxquelles sont confrontées les gestionnaires. Ces évaluations se basent le plus souvent sur l’étude des amphibiens, des plantes ou des libellules. Bien qu’importants à considérer, ces groupes taxonomiques ne sont pas toujours les plus pertinents pour évaluer le bon état ou le bon potentiel écologique des mares. Les coléoptères aquatiques offrent quant à eux une diversité d’espèces particulièrement importante dans ces milieux et réunissent les principaux critères définissants les taxons indicateurs.

Fort de ce constat, le Groupe d’étude des invertébrés armoricains (GRETIA) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) ont développé un indicateur novateur visant à évaluer les potentialités biologiques des mares sur la base de la prise en compte des cortèges de coléoptères aquatiques : l’Indicateur composite des Coléoptères Aquatiques des Mares (IcoCAM).

Prospection des coléoptères aquatiques par le Conservatoire d’espaces naturels

 

Cet outil de bio-indication est constitué de quatre indices spécifiques représentés dans l’espace via un graphique radar (figure 1).

Figure 1 : Exemple de graphique de restitution de l’IcoCAM
pour une mare située à Roussent (62)

L’utilisation de plusieurs indices permet d’analyser de manière complémentaire les différentes facettes de la biodiversité des coléoptères aquatiques des mares. Un second graphique présente le classement final de la mare par le calcul de l’IcoCAM (agrégation des quatre indices) qui est représenté sur une échelle de valeur allant de très faible potentiel à très fort potentiel.

Évaluer les potentialités biologiques des mares sur la base de la prise en compte des cortèges de coléoptères aquatiques.

L’IcoCAM se base sur la constitution préalable d’un référentiel à l’échelle d’un territoire donné, établi à partir d’un protocole d’échantillonnage standardisé.
Afin de pouvoir déployer cet indicateur sur le bassin Artois-Picardie, le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais et l’Association des Entomologistes de Picardie se sont associés pour établir ce référentiel sur le territoire du bassin Artois-Picardie qui servira de base aux évaluations futures.

Dans ce cadre, plus de soixante mares sont en cours d’échantillonnage, dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme. Ce travail, qui se terminera fin 2020, est soutenu par l’Agence de l’Eau Artois Picardie, avec la contribution du GRETIA et de Daniel Lohez, spécialiste des coléoptères aquatiques.

Les premiers résultats pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont très encourageants d’un point de vue faunistique : plusieurs espèces nouvelles ou très rares à l’échelle du territoire d’étude ont été découvertes dont Graphoderus zonatus, Haliplus fulvicollis, Helophorus nanus, Helophorus pumilio, Helophorus strigifrons et Hygrotus nigrolineatus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *