Comment se conçoit la stratégie patrimoniale des Conservatoires d’espaces naturels des Hauts-de-France ?

Tourbière alcaline de Marchiennes (59) © B. Gallet

Souhaitant adopter une stratégie « pro-active » sur la maîtrise foncière ou d’usage, les Conservatoires d’espaces naturels des Hauts-de-France ont mis en œuvre une méthode basée sur la détermination de « points-chauds de biodiversité » ou « zones d’irremplaçabilité ».Cette analyse est permise grâce à l’utilisation d’un logiciel appelé MARXAN, développé pour aider à définir des stratégies de protection d’espaces naturels, sur la base de paramétrages incluant notamment la présence d’espèces particulières, en fonctions d’attributs comme le niveau de menace sur des listes rouges, la rareté, etc.

Les Conservatoires d’espaces naturels ont défini comme objectif d’identifier, sur la base des connaissances actuelles, les zones prioritaires, puis en excluant les sites déjà protégés (et le patrimoine naturel hébergé), les priorités d’intervention. Afin de correspondre au mieux avec l’échelle d’action des Conservatoires d’espaces naturels, la maille de travail choisie est la commune.

Les Landes, mares et bois acides du plateau de Sorrus et Saint-Josse (Natura 2000 | ZSC) © CEN

En lien avec le Conservatoire botanique national de Bailleul, le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord Pas-de-Calais et Picardie Nature, 2 602 944 données ont été analysées représentant 2 387 espèces : plantes vasculaires, oiseaux nicheurs, papillons de jours, libellules, mammifères, amphibiens, criquets et sauterelles, poissons, reptiles, bryophytes et mollusques relevant de la Directive Habitat-Faune-Flore ; sur une période allant de 2000 à 2017.

Carte 1 : richesse en espèces, tous groupes taxonomiques confondus des communes des Hauts-de-France (en bleus, les sites des Conservatoires d’espaces naturels).

Le logiciel propose des combinaisons de communes permettant l’atteinte de paramètres fixés (basés sur les listes rouges de menace) et l’analyse est lancée 100 fois, ce qui donne 100 combinaisons de communes. À la fin, les communes sont classées par leur fréquence de présence dans ces 100 combinaisons et les communes apparaissant à chaque fois, sont dites « irremplaçables ».

Carte 2 représentant le score des communes à l’issue des 100 combinaisons, plus la commune est rouge plus elle apparaît dans les combinaisons.
Pour en savoir plus : 
Télécharger le rapport de résultat de l’analyse préliminaire à une stratégie d’intervention pour les Conservatoires d’espaces naturels des Hauts-de-France

Consultez les articles web consacrés au sujet : 

- sur le site de l'INPN : https://inpn.mnhn.fr/actualites/lire/11081/analyse-preliminaire-a-une-strategie-d-intervention-pour-les-conservatoires-d-espaces-naturels-des-hauts-de-france

- sur le site de UMS Patrimoine naturel (OFB, CNRS, MNHN) : http://www.patrinat.fr/fr/actualites/analyse-preliminaire-une-strategie-dintervention-pour-les-conservatoires-despaces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *