Comptage annuel de la Vipère péliade en région Hauts-de-France : quel protocole mis en œuvre par les bénévoles du Groupe Vipère ?

Alors que les bénévoles du Groupe Vipère s’apprêtent à se retrouver le 15 février prochain à Arras, pour définir ensemble le programme de leurs activités 2020, il semble opportun de mettre en lumière le protocole utilisé par ces bénévoles, qu’ils soient naturalistes amateurs ou véritables herpétologistes éclairés, pour réaliser le comptage annuel de la Vipère péliade, espèce fortement menacée dans notre région des Hauts-de-France.

Avant-propos
Ce protocole de comptage de la Vipère péliade a été élaboré au Royaume-Uni par deux structures ARG UK et Amphibian and Reptile Conservation. Il a été mis en place en 2008 dans l’objectif de suivre dans le temps l’évolution des populations de Vipère péliade afin d’avoir des éléments factuels pour apprécier l’état de conservation de l’espèce au cours du temps à l’échelle du Royaume-Uni. Les résultats obtenus depuis 10 ans au Royaume-uni et sa mise en œuvre facile, nous amène à mettre en place ce protocole à l’échelle des Hauts-de-France. Ce suivi permettra ainsi d’apprécier l’évolution de l’état de conservation de la Vipère péliade en région au travers d’un réseau de sites suivis par des gestionnaires et des naturalistes bénévoles.

Pourquoi participer et effectuer ce comptage tous les ans sur un site ?
Ce comptage permettra d’apprécier l’état de santé des populations de Vipère péliade sur plusieurs sites régionaux simultanément et sur une longue période. Il sera un des indicateurs de l’état de santé des populations régionales. Il permettra au besoin de mener des actions de conservation, de protection et de communication pour alerter les décideurs, gestionnaires, usagers. Il est indispensable d’obtenir de longues séries de données annuelles.

Vipère péliade © Jason STEEL

Quels sont les critères pour s’engager à suivre un site ?
Il est important d’avoir une bonne connaissance de l’espèce, de savoir la détecter, de savoir où et quand la rechercher. Pour cela, vous pouvez participer aux réunions du Groupe Vipère régional (en prenant contact avec le Conservatoire d’espaces naturels). Il est important que l’engagement se fasse dans la durée et d’effectuer le nombre minimum de sorties annuelles préconisé.

Si vous êtes débutant et que vous souhaitez vous engager à suivre un site, vous pouvez bénéficier des conseils et de l’accompagnement de la part du Conservatoire d’espaces naturels (structure animatrice du plan d’actions régional) pour la définition de votre parcours.

Comment se déroule une session de comptage sur un site ?
Le long du parcours que vous aurez défini (sur tout ou partie d’un site) en fonction de votre connaissance de l’occupation du site par l’espèce, des milieux qui lui sont favorables et du temps disponible dont vous disposez, vous comptez le nombre de Vipères observées le long de ce parcours en évitant de compter deux fois le même individu. Si possible, vous pouvez aussi noter le sexe.

Vous devez aussi le long de votre parcours, localiser vos diverses observations de Vipère. Pour cela vous pouvez utiliser un GPS, une application type « GPS Way point » sur votre smartphone, ou une carte papier. Ces données sont ensuite à saisir dans le fichier excel mis à votre disposition et dans une des bases de données naturalistes régionales comme SIRF et Clicnat selon le département où vous vous situez. Lors de chaque session le long du même parcours vous notez les mêmes informations.

Pour ne pas trop déranger la Vipère péliade vous pouvez utiliser une paire de jumelles qui fait la mise au point à courte distance. Vous pourrez alors éventuellement identifier le sexe de l’individu détecté. Vous devez sur votre parcours vous déplacer discrètement et à faible vitesse.

Vipère péliade © Jason STEEL

Quelles sont les informations à relever sur le terrain lors d’un comptage ?
Le nombre total d’individus de Vipère péliade observés le long de votre parcours lors de chacune de vos sorties, avec si possible la distinction mâle/femelle ; sans oublier la localisation de vos observations à chaque sortie (coordonnées GPS en lambert 93).

Quand faire votre comptage ?
Les sessions de comptage sur votre site doivent être réalisées entre fin février et début mai. La période optimale est mars-avril. Dès que les conditions météorologiques sont favorables vous pouvez commencer à effectuer votre série de sessions de comptage.
Pour rappel voici les conditions optimales pour détecter l’espèce :
– temps ensoleillé : 6°C à 13°C ;
– temps mitigé : 14°C à 18°C ;
– temps couvert à faiblement pluvieux : 19°C à 22°C.
Les différentes sessions peuvent être espacées dans le temps sur la période indiquée, comme elles peuvent être effectuées plusieurs jours à la suite, selon vos disponibilités et les conditions météorologiques.

Combien de sorties par an ?
Il faut réaliser, aux bonnes conditions météorologiques et dans la période indiquée ci-dessus, au minimum 3 sorties chaque année, avec un nombre idéal de 4 à 5 sorties par an. Le maximum est 6 sorties. Si vous souhaitez, vous pouvez réaliser plus de sortie dans la période indiquée.

Vipère péliade © Jason STEEL

Précautions à respecter :
– Ne pas capturer ou approcher trop près la Vipère péliade que vous observerez. Un dérangement régulier est très impactant pour elle.
– La Vipère péliade est une espèce venimeuse c’est pourquoi vous ne devez pas la capturer. En cas de morsure vous devez appeler le 15 ou le centre anti-poison au 0 800 59 59 59.
– Circulez avec prudence car les individus de Vipère risquent de fuir avant que vous ne les détectiez ; pour cela faites attention par exemple à votre ombre portée au sol.
– Vous devez être vigilant et vous focaliser uniquement sur la recherche de l’espèce et non pas en profiter pour effectuer d’autres observations. Cette recherche demande de la concentration car l’espèce risque de vous détecter avant que ce ne soit vous qui la détectiez.
– Équipez vous de bonnes chaussures de marche ou de bottes.
– Faites attention aux tiques.
– Garantissez vous d’avoir les autorisations du gestionnaire et ou du propriétaire avant de mettre en place ce protocole sur un site.
– Si vous rencontrez des personnes sur le terrain, étant donné que l’espèce a mauvaise presse et qu’elle subit sur certains secteurs des dommages directs, restez évasif sur l’objet de votre recherche.

Comment transmettre vos données ?
Chaque année vous transmettrez vos données à l’aide du fichier excel par mail à Gaëtan REY, coordinateur du Groupe Vipère régional (<gaetan.rey@espaces-naturels.fr>) au sein du Conservatoire d’espaces naturels. En parallèle, vos données doivent être saisies sur une des deux bases de données dédiées à la faune régionale : pour l’Aisne, l’Oise et la Somme sur la base de données Clic nat administrée par Picardie Nature ; pour le Nord et le Pas-de-Calais sur la base de données SIRF administrée par le GON.

Lire d'autres articles concernant la Vipère péliade et le Groupe Vipère régional : 

La Vipère péliade : ne soyons pas mauvaise langue avec elle !
Visite du groupe régional « Vipère péliade » dans le Kent le 6 mai 2017 : échange de bonnes pratiques pour la préservation de l’espèce

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *