Visite du groupe régional « Vipère péliade » dans le Kent le 6 mai 2017 : échange de bonnes pratiques pour la préservation de l’espèce

Le Groupe « Vipère péliade » en visite dans le Kent

Le « Groupe Vipère péliade régional », animé par le Conservatoire d’espaces naturels Nord Pas-de-Calais, s’est réuni le 6 mai dernier afin d’aller à la rencontre de leurs partenaires et amis du KRAG (Kent reptile and amphibian group), une organisation non gouvernementale bien connue outre-manche.

9 bénévoles mobilisés par le CEN se sont ainsi rendus dans le Kent, en Angleterre, dans le but de bénéficier de l’expertise de Rick, Nick et Steve tout en réalisant une prospection sur le terrain….


Une journée riche en partage

Pouvoir échanger ponctuellement avec le KRAG sur les méthodes de suivis utilisées dans le cadre de notre Plan d’actions régional s’avère extrêmement enrichissant. Pour cause, les enjeux de conservation de l’espèce sont partagés de part et d’autre de la Manche.

Au programme de cette journée du 6 mai ? Tout d’abord, une visite était prévue le matin dans le Parc du Manoir de Churchill à Chartwell ; celui-ci accueille une population relictuelle de Vipère.

Le KRAG a exposé le protocole de suivi par transect* (3 à 4 passages par semaine, de mars à octobre, réalisés uniquement par des bénévoles) et pose de plaques dans un des 3 secteurs suivis sur le coteau. Des échanges ont porté plus spécifiquement sur l’évaluation de la qualité des habitats en faveur de la Vipère. Rick nous a alors comté la vie et les péripéties du mâle M100 et de la femelle F100… Fascinant !

© Philippe Dormieu

Puis l’après-midi, le groupe s’est rendu sur un coteau calcicole (Fackenden down) accueillant l’une des plus grosses populations de Vipère péliade du Kent ; celle-ci est suivi depuis 2006 par le KRAG (plus de 500 individus différents observés en 11 ans). Pas d’observation de Vipère au cours de cette journée mais des Orvets et des Couleuvres à collier. Nous avons alors pu échanger sur la gestion mise en oeuvre pour favoriser les reptiles : ouverture de clairières, création de corridors entre les clairières, tas de branches, tas de bois, limitation de la fréquentation… Le suivi est effectué par pose de plaques avec au moins un passage par semaine réalisé par Nick.

© Philippe Dormieu

Merci aux membres du KRAG pour ces visites, les explications et leur accueil très chaleureux. Merci à Rick et à Joe pour le merveilleux buffet du midi !

Transect* : parcours pédestre qui reste identique à chaque fois

Pourquoi un plan d’actions régional en faveur de la Vipère péliade ?

Souvent diabolisées, parfois vénérées mais la plupart du temps méconnues, les vipères jouissent toujours d’une mauvaise réputation, qui leur colle aux écailles.

La Vipère péliade est considérée comme rare à l’échelle de la région Nord – Pas-de-Calais.

Une des menaces les plus importantes pesant sur elle est la destruction et la dégradation de ses principaux habitats naturels, à savoir les pelouses calcicoles, les friches et les landes. De plus, certains individus font l’objet de destruction volontaire, pâtissant trop souvent d’une image négative.

Face à cette situation, un plan régional d’actions a été mis en place. Il est animé par le Conservatoire d’espaces naturels, en partenariat avec le Groupe ornithologique et naturaliste du Nord – Pas-de-Calais (GON). Ses objectifs principaux sont d’améliorer les connaissances (lire article précédent sur ce sujet) sur la Vipère péliade en région, de conserver les quelques populations régionales connues et de sensibiliser sur la préservation de l’espèce.

« La Vipère péliade : ne soyons pas mauvaise langue avec elle ! »

Dans le cadre de ce plan d’actions mis en place pour préserver l’espèce, le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais a réalisé un petit guide destiné à vous donner des informations pratiques pour vivre en parfaite harmonie à ses côtés. Ce guide aborde ainsi plusieurs thématiques : présentation de l’espèce, identification, localisation, informations pratiques et législation.

A lire ou à relire, pour le plaisir, ou pour briller en société sur vos connaissances naturalistes portant sur une espèce rare et menacée de notre région !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *