Les insectes pollinisateurs sauvages : qui sont-ils ? Pourquoi et comment faut-il les protéger sur notre territoire ?

© Projet transfrontalier SAPOLL

Lorsque l’on aborde le sujet de la pollinisation des plantes à fleurs, la première espèce qui vient à l’esprit est l’abeille domestique, Apis mellifera. Cependant, il convient de s’intéresser à d’autres insectes sauvages, qui jouent également un rôle primordial dans la pollinisation des plantes à fleurs…

Les pollinisateurs sauvages, qui sont-ils ?

Les trois groupes les plus efficaces dans le service écosystémique de pollinisation sont, par ordre d’importance, les abeilles sauvages (Hymenoptères Apoïdes), les syrphes (Diptères, groupe des «mouches») et les papillons (Lépidoptères).

Les abeilles sauvages

Abeille sauvage © SAPOLL

Les abeilles sauvages présentent une incroyable diversité de formes, de couleurs et de tailles. On estime qu’il y a entre 350 et 400 espèces d’abeilles sauvages dans la région transfrontalière « France-Wallonie-Flandres ». Il s’agit d’espèces sociales (ex : les bourdons) ou solitaires (qui élèvent seules leur progéniture). Elles se nourrissent essentiellement de pollen et de nectar et possèdent des structures spécialisées de récolte du pollen (brosses, corbeilles, soies plumeuses…) faisant d’elles d’excellents pollinisateurs.

Abeille sauvage © SAPOLL

Téléchargez un joli poster pour apprendre à reconnaître quelques « Abeilles sauvages et bourdons » ou consultez la version interactive de ce poster ! (Ces supports ont été réalisés par le CEN dans le cadre du projet SAPOLL)


Les syrphes

Syrphe © Colette Seignez

Les syrphes (ou Syrphidés) sont une famille de Diptères (mouches), distinguables des abeilles par leurs antennes courtes. Elles sont le plus souvent mimétiques de certaines espèces d’hyménoptères de par leurs formes et leurs couleurs. Beaucoup ressemblent ainsi à s’y méprendre aux abeilles sauvages. Les syrphes adultes se nourrissent essentiellement du nectar des fleurs, alors que leurs larves sont commensales ou souvent prédatrices.


Téléchargez un joli poster pour apprendre à reconnaître quelques « Syrphes » ou consultez la version interactive de ce poster ! (Ces supports ont été réalisés par le CEN dans le cadre du projet SAPOLL)


Les papillons

Papillon © SAPOLL

Les papillons (ou Lépidoptères) représentent sans doute les insectes pollinisateurs les plus connus et appréciés du grand public. Parmi eux on peut distinguer les papillons de jour (ou Rhopalocères), et les papillons dits de nuit, même si bon nombre d’entre eux butinent tout de même le jour. La caractéristique distinguant le plus les papillons des autres insectes pollinisateurs est leur trompe. Cet appendice buccal très long et agile est parfaitement adapté à la récolte du nectar des fleurs.


Pourquoi agir en faveur de leur protection ?

Le déclin des pollinisateurs sauvages en Europe est un enjeu écologique majeur. Leur déclin actuel est lié à de nombreuses causes que les scientifiques étudient actuellement. Cette situation alarmante a mené récemment à l’élaboration d’un Plan National d’Action « France Terre de Pollinisateurs » en France et au « Plan Maya » en Wallonie.
Si des initiatives existent déjà dans certains pays, il n’existe pas ou peu d’actions concrètes et d’envergure pour la conservation des pollinisateurs sauvages dans la zone transfrontalière « France-Wallonie-Flandres ».

Les pollinisateurs sauvages de notre région sont fortement menacés
© Richard Folschweiller

Or les pollinisateurs de cette zone appartiennent aux mêmes cortèges d’espèces fortement menacés. Ils sont essentiels au maintien de l’agriculture et des écosystèmes et sont donc indispensables à l’activité économique et au bien-être des habitants du territoire.
C’est à ce constat préliminaire que répond le projet SAPOLL ! Grâce à un plan d’action et à des outils co-construits, notre projet transfrontalier assurera la mise en place de programmes de conservation cohérents et adaptés aux spécificités régionales.

Les pollinisateurs sauvages sont essentiels au maintien de l’agriculture © Morgane Folschweiller

Le projet transfrontalier SAPOLL : késako ?

D’ici à 2020, le projet Interreg SAPOLL visera à mettre en place un plan d’action transfrontalier pour la conservation des pollinisateurs sauvages. Représentant une vision transfrontalière en termes d’enjeux et d’objectifs, ce plan stimulera la mise en place d’initiatives en faveur des pollinisateurs.

Araschnia levana – © M. Folschweiller

Parallèlement au plan d’action, le projet SAPOLL organisera aussi la réalisation d’activités complémentaires (sensibilisation du public, mobilisation des réseaux d’observateurs, suivis scientifiques) nécessaires à sa mise en place et à sa réussite.

La réalisation de ce projet sera menée au travers de la zone transfrontalière constituée d’une partie de la Wallonie (provinces du Hainaut, de Namur et de Luxembourg), de la Flandre (province de Flandre occidentale, province de Flandre orientale) et de la France (Région Hauts-de-France, Ardennes, Marne). Ensemble, 8 partenaires d’horizons divers (universités, associations, organismes publics) mèneront à bien ce projet.

Bombus pascuorum © Conseil Départemental du 62

Co- financé par le FEDER à hauteur de 50% ainsi que par les autorités régionales (Région wallonne, Province de Flandre occidentale, Province de Flandre orientale), le budget alloué s’élève à près de 2.400.000 euros ! SAPOLL s’inscrit ainsi dans la stratégie Europe 2020 et contribuera durablement à une Europe
sans frontière.

Mais SAPOLL est avant tout un défi à relever avec le grand public ! Via ses programmes de sciences participatives et de mobilisation des réseaux d’observateurs, l’équipe SAPOLL compte sur les naturalistes et observateurs pour les aider à mener à bien les collectes de données. Ces dernières permettent, en effet, d’assurer le suivi scientifique des pollinisateurs de la région transfrontalière.

Eristalis intricaria © M. Drossart
Colletes daviesanus – © M. Folschweiller

Les actions concrètes prévues en Nord Pas-de-Calais dans le cadre du projet SAPOLL

Mettre en place un plan d’action transfrontalier

Le Conservatoire d’espaces naturels Nord Pas-de-Calais (CEN), en partenariat avec l’Université de Mons, Natagora et Natuurpunt, travaille à l’élaboration côté français du plan d’actions en faveur des pollinisateurs sauvages.

Inventaires et suivis scientifiques © SAPOLL

Réaliser des expérimentations et des suivis scientifiques des pollinisateurs sauvages afin de délimiter des zones d’importance pour les pollinisateurs et le service de pollinisation

Les accotements des 5700 km de routes départementales sont autant de zones refuges qui permettent d’accueillir les pollinisateurs dans un environnement de moins en moins préservé.

Le Conseil départemental du Pas-de-Calais, en collaboration avec ses partenaires locaux, souhaite expérimenter l’ensemencement de prairies mellifères le long de certains bords de routes. Cette expérimentation a pour but d’évaluer l’efficacité de cette opération pour la sauvegarde des pollinisateurs.

Si l’expérimentation est concluante, elle pourra être partagée à l’ensemble des gestionnaires de routes dans le cadre du plan d’action qui sera produit par le projet SAPOLL.

Expérimentations © SAPOLL

Eden 62 met en œuvre des suivis et des inventaires sur certains Espaces Naturels Départementaux pour ainsi identifier des actions prioritaires en faveur de la protection des pollinisateurs.

Le Conservatoire d’espaces naturels Nord Pas-de-Calais (CEN) anime également des groupes de travail sur les Bourdons et les Syrphes en partenariat avec le Groupe Ornithologique et naturaliste du Nord Pas-de-Calais (GON).

Ces groupes de travail ont plusieurs finalités notamment : former des bénévoles à l’identification et à la conservation au travers d’un travail d’inventaires consistant à quantifier le nombre des espèces présentes à l’échelle du nord de la France, voire un travail de cartographie consistant à localiser précisément la répartition des espèces sur ce même territoire.

L’objectif ultime du groupe de travail consacré aux Bourdons se traduira par l’élaboration d’un Atlas destiné aux naturalistes ainsi qu’aux partenaires publics.

© SAPOLL

Le Groupe Ornithologique et naturaliste du Nord Pas-de-Calais (GON) participe au suivi faunistique de l’expérimentation menée par le Conseil Départemental du Pas-de-Calais sur les bords de route. Le GON anime également le groupe de travail dédié aux abeilles sauvages. Enfin, le GON participe à l’enrichissement de l’outil SIRF (Système d’information régional des données faunistiques) en partenariat avec le Conservatoire d’espaces naturels du Nord et du Pas-de-Calais.

Sensibiliser le grand public au problème de déclin des insectes pollinisateurs sauvages

Le Conseil départemental du Pas-de-Calais proposera des kits pédagogiques aux collèges volontaires : un véritable outil pédagogique à destination des petits et grands pour comprendre le rôle des pollinisateurs sauvages et trouver les solutions pour offrir «le gîte et le couvert» à ces insectes indispensables et pourtant menacés. La préservation des pollinisateurs est l’affaire de tous !

Actions de sensibilisation du grand public © SAPOLL

Pour sensibiliser le grand public à cette question, le Département organisera en juin prochain dans le cadre de l’opération APIdays, une journée dédiée aux pollinisateurs sauvages : comprendre leurs rôles, apprendre à les reconnaître, adopter les bons gestes pour les préserver et les accueillir. Chaque partenaire du projet proposera un événement de ce type sur son territoire.

Eden 62 pilote également une partie des actions de sensibilisation à travers la création d’une exposition qui circulera sur l’ensemble du territoire transfrontalier. De même, des animations nature sur les insectes pollinisateurs
seront proposés au public. Outre l’organisation d’animations nature, Eden 62 participera également à l’opération APIdays. Enfin, Eden 62 interviendra chez les particuliers et les collectivités locales qui le souhaitent, pour installer des refuges à pollinisateurs.

Actions de sensibilisation © SAPOLL

Le Conservatoire d’espaces naturels Nord Pas-de-Calais met en œuvre des actions de communication, de sensibilisation et de sciences participatives au travers notamment de la réalisation de posters et de tracts à destination du grand public, la conception d’une clé d’identification simplifiée des insectes pollinisateurs sauvages, la mise en place d’activités nature (participation à l’opération APIdays) et l’animation du Suivi Photographique des Insectes Pollinisateurs (Spipoll) du programme Vigie nature.

Mobiliser des réseaux d’observateurs bénévoles

© SAPOLL

Le Conservatoire d’espaces naturels Nord Pas-de-Calais (CEN) participe à la saisie, la centralisation, la validation, la valorisation et la diffusion des données faunistiques dans le nord de la France au travers de l’outil SIRF (Système d’Information Régional sur la Faune). Ce dernier se présente comme l’outil de partage pour les données collectées dans le cadre du projet SAPOLL. Par ailleurs, le CEN participe au suivi floristique de l’expérimentation menée par le Conseil Départemental du Pas-de-Calais sur les bords de route.

Les partenaires du projet SAPOLL

Retrouvez chaque mois une fiche « insecte » dans notre rubrique « Espèces » et découvrez ainsi les spécificités des pollinisateurs sauvages qui nous entourent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *